ADJAR


ADJAR
ADJAR

ADJAR

L’une des nombreuses ethnies constituant la nation géorgienne. Les Adjar ou «Adjareli» habitent dans la république autonome d’Adjarie située dans le sud-est de la Géorgie et faisant partie de cette dernière. Recensés jusqu’en 1926 (ils étaient alors 71 390), ils sont désormais considérés comme Géorgiens. La république autonome d’Adjarie comptait 382 000 habitants en 1990. Au recensement de 1979, les Géorgiens — Adjar y compris — représentaient 80,1 p. 100 de la population totale, les Russes 9,8 p. 100 et les Arméniens 4,6 p. 100, les Slaves et les Arméniens étant concentrés dans les centres urbains. La capitale, Batoum (137 000 hab. en 1989), est un port important, débouché du pétrole de Bakou. Centre industriel, la ville est traditionnellement un lieu de villégiature recherché. Très riche sur le plan agricole (thé, agrumes, vignes, élevage en montagne), le pays est encore essentiellement rural. La langue adjar, très proche du géorgien, fait partie du groupe kartveli des langues caucasiennes s’apparentant au gourien (dialectes géorgien, svan, mingrélien et laze).

Dans la plus haute Antiquité, l’Adjarie actuelle était habitée par une peuplade très mal connue, les «Kolkh», qui occupait toute la Colchide, de la côte orientale de la mer Noire à Trébizonde. L’ethnie adjar est le résultat du mélange des Kolkh avec les représentants des différentes colonisations qui se succédèrent: Grecs, Romains, peuplades mingrélo-lazes (kartveli) au IIe siècle, Géorgiens au VIIe siècle. Cette dernière colonisation a été la plus importante. Elle marqua très profondément le type ethnique adjar, attirant les Adjar dans la sphère culturelle géorgienne par la langue et la religion (christianisme orthodoxe). Au cours des siècles suivants, l’Adjarie partagea le destin mouvementé de la Géorgie. Aux XVIe et XVIIe siècles, le pays passe sous la domination turque (au XVIIe siècle, la Géorgie est occupée par les Turcs, mais leur domination sera de courte durée; en 1627, il est définitivement occupé). La conquête coupe l’Adjarie du reste de la Géorgie (ce n’est qu’en 1877-1878 que la Russie rattache l’Adjarie au reste de la Géorgie qu’elle occupe depuis le début du siècle). Une turcisation assez lente mais profonde marqua de son empreinte un peuple jusqu’alors chrétien. L’islam, adopté par la majorité de la population, permit à cette dernière de faire sien de nombreux traits du genre de vie turc, la langue des nouveaux maîtres (du moins la population mâle qui en avait besoin dans ses relations sociales et dans la vie économique) et aussi le costume (en particulier dans les villes et les gros bourgs). Un certain nombre d’Adjar fut réfractaire à la turcisation et à l’islamisation; jusqu’aux années vingt du XIXe siècle, des milliers d’entre eux passèrent du côté russe, revenant à l’orthodoxie. Pourtant, ils gardèrent leur langue, leurs croyances préchrétiennes, leurs traditions.

L’exogamie était très stricte dans le cadre du clan et même dans le cadre d’un même village, la polygamie peu développée. Comme dans beaucoup de régions géorgiennes, la grande famille formait une union de plusieurs frères (trois ou quatre générations). On assista vers la fin du XIXe siècle à la division des grandes communautés familiales soit pour former des familles de type nucléaire, soit pour se réduire à quelques familles étendues de dimensions plus réduites. Cette division des familles se doubla d’une distribution des outils de production, certains de ces outils étant indivisibles (moulins, distillateurs, etc.) continuèrent d’appartenir toujours à l’unité formée auparavant par la communauté familiale initiale.

Musulmans sunnites, les Adjar n’échappent pas au mouvement qui englobe depuis plus d’un demi-siècle toute la nation géorgienne. Tout en gardant leurs traditions souvent liées à l’islam, ils sont en voie d’assimilation totale. Ce mouvement a été accéléré par l’importance du port de Batoum qui a ouvert le pays au monde et permis le développement de l’agriculture locale par une large ouverture sur un marché en expansion.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • adjar, e —  adj. D Adjarie (République autonome de Géorgie) …   Le dictionnaire des mots absents des autres dictionnaires

  • Adjar Autonomous Soviet Socialist Republic — The Adjar ASSR, Adzhar ASSR or Adjarian Autonomous Soviet Socialist Republic was an autonomous republic of the Soviet Union within the Georgian SSR, established on 16 July, 1921. After the dissolution of the Soviet Union in 1991 it constitutes… …   Wikipedia

  • Républiques autonomes de l'Union soviétique du Adjar — République socialiste soviétique autonome d Adjarie le drapeau La RSSA Adjar, Adzhar RSSA ou République socialiste soviétique autonome d Adjarie était une république autonome de l Union soviétique au sein de la RSS de Géorgie, créée le 16 juillet …   Wikipédia en Français

  • Adjara — Achara redirects here. For other uses, see Achara (disambiguation). Autonomous Republic of Adjara აჭარის ავტონომიური რესპუბლიკა Ach aris Avt onomiuri Resp ublik a …   Wikipedia

  • History of Adjara — The article refers to the history of Georgia’s autonomous province of Adjara. Ancient and medieval Adjara Archeologists say the territory has been inhabited since the Neolithic Age. Occupied by an ancient Georgian tribe of Moskhs from ancient… …   Wikipedia

  • Adjarians — The Adjarians (Ajarians, Ajars, Adjars, Adzhars; ka. აჭარლები, Ačarlebi ) are an ethnographic group of Georgians that mostly live in Adjara in south western Georgia. The Adjars are part of the Georgian people but are distinct in some cultural… …   Wikipedia

  • Aslan Abachidze — Abachidze en 2002 Mandats Président du Conseil Suprême d Adjarie 1991 …   Wikipédia en Français

  • Aslan Abachidzé — Aslan Abachidze Président du Conseil Suprême de la République autonome d Adjarie …   Wikipédia en Français

  • Georgia — /jawr jeuh/, n. 1. a state in the SE United States. 5,464,265; 58,876 sq. mi. (152,489 sq. km). Cap.: Atlanta. Abbr.: GA (for use with zip code), Ga. 2. Also called Georgian Republic. a republic in Transcaucasia, bordering on the Black Sea, N of… …   Universalium

  • CAUCASE — Lieu de rencontre et trait d’union entre l’Orient et l’Occident, le Caucase (en russe, Kavkaz) était auréolé d’un grand prestige aux yeux des Anciens, qui le considéraient comme la patrie de Prométhée. C’est vers la Colchide que les Argonautes… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.